Lisez, partagez!

Si vous avez apprécié cet article, n'hésitez pas à le partager sur votre réseau social favori.
Bonne lecture!

Normes pour l’encadrement scolaire de l’aveugle

KOUAKOU N’GBRA GUILLAUME CHARBEL
Emploi : Inspecteur Principal option Éducation
Fonction: Formateur
Grade: A5
Service : INSTITUT NATIONAL DE FORMATION SOCIALE (INFS)
Mobile: +225 09734064
Site internet: www.hanhimanti.com

DES NORMES POUR L’ENCADREMENT DE L’AVEUGLE À L’ECOLE

INTRODUCTION

L’absence de contrôle des encadreurs des aveugles (maîtres d’éducation spécialisé et éducateurs spécialisés) du fait de la méconnaissance des autres acteurs de l’école de l’écriture braille et variantes, entraîne de plus en plus d’actes accomplis dans l’illégalité; consistant à tromper délibérément, à soutirer de l’argent contre la volonté des employeurs et des parents des élèves/étudiants aveugles ou à falsifier intentionnellement les résultats scolaires des élèves/étudiants aveugles.
Ces maîtres d’éducation spécialisé et éducateurs spécialisés, portent ainsi atteinte aux normes prises par les associations d’aveugles (voir www.avh.asso.fr) pour un rendement scolaire objectif de l’aveugle.
C’est pour attirer l’attention des acteurs de l’école sur ces pratiques qui entravent gravement les objectifs bénéfiques de l’éducation inclusive pour les élèves/étudiants aveugles que cette réflexion est menée.

I. LE RÔLE DES MAÎTRES D’ÉDUCATION SPÉCIALISÉE ET DES ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS DANS LA SCOLARISATION DE L’AVEUGLE

Le rôle des maîtres d’éducation spécialisée dans la scolarisation de l’aveugle 

Les maîtres d’éducation spécialisée (MESP) sont des travailleurs sociaux formés à l’Institut National de Formation Sociale (INFS).
Ils appartiennent au grade B3 et sont compétents pour prendre en charge les aveugles.
Dans les institutions spécialisées pour aveugles, ils dispensent les cours aux pensionnaires au primaire.
À défaut de cette compétence au secondaire et au supérieur ordinaire, les maîtres d’éducation spécialisée (MESP) sont sollicités pour les traductions (braille).
Ils servent de courroie de transmission entre les enseignants qui voient, et les élèves et étudiants aveugles.
Pour les aveugles, les maîtres d’éducation spécialisée traduisent l’écriture ordinaire en écriture braille et vis-versa ;

Le rôle des éducateurs spécialisés dans la scolarisation de l’aveugle 

Les éducateurs spécialisés (ES) sont des travailleurs sociaux formés à l’Institut National de Formation Sociale (INFS).
Ils appartiennent au grade A3 et sont compétents pour prendre en charge les aveugles dans le périscolaire, hors des classes.
Dans les institutions spécialisées pour aveugles, ils inculquent les valeurs éducatives aux pensionnaires.
À défaut de cette compétence au secondaire et au supérieur ordinaire, les éducateurs spécialisés (ES) sont sollicités pour accompagner les aveugles dans leur insertion .

II. LES NORMES DANS LA PRISE EN CHARGE DE L’AVEUGLE À L’ÉCOLE

Afin de permettre aux enseignants des aveugles qui ne lisent pas l’écriture braille de corriger de façon objective les évaluations des élèves et étudiants aveugles, un ensemble de prescriptions techniques a été imposé pour garantir le bon fonctionnement et la sécurité de la scolarisation de l’aveugle .

Le temps du codage-décodage
Si parce que l’aveugle écrit et lit plus lentement que celui qui voit (l’oeil voit en moyenne 10 lettres par seconde alors que le doigt touche une lettre braille par seconde), on lui accorde en plus le tiers du temps prévu lors des évaluations.
La traduction de sa copie de l’écriture ordinaire en braille (codage) et de l’écriture braille en écriture ordinaire (décodage) par le maître d’éducation spécialisée n’est pas égale au temps de composition majoré du tiers.
Le codage-décodage se fait au tiers du temps prévu pour la composition de l’élève ou l’étudiant aveugle.
À titre d’exemple, si l’évaluation est prévue en deux (02) heures pour ceux qui voient, l’élève ou l’étudiant aveugle a deux (02) heures quarante (40) minutes pour faire son devoir.
Le temps prévu pour le maître d’éducation spécialisé pour les traductions (codage décodage) est estimé à quarante (40) minutes.
Au cas où la nature de l’évaluation ne permet pas la transcription en braille pour l’élève ou l’étudiant aveugle (lorsque l’évaluation comporte des schémas , des dessins) on assure pour l’aveugle « le secrétariat ».
Dans le cas du secrétariat, l’élève ou étudiant aveugle, communique au maître d’éducation spécialisé, les réponses de l’évaluation traduit en braille qu’il écrit pour l’aveugle.
« Le tiers temps » est toujours accordé à l’élève ou étudiant aveugle et le temps du « codage-décodage » reste le « tiers temps ».
La relation enseignant-enseigné pour l’aveugle à l’école ordinaire
Les maîtres d’éducation spécialisée et les éducateurs spécialisés n’interviennent pas pour les élèves ou étudiants aveugles pendant les cours, la relation vocale et tactile étant utilisées.
En effet, soumis aux même finalités scolaires que ceux qui voient, les élèves et étudiants aveugles sont aussi instruits par le canal de la pédagogie ordinaire.
Cependant, l’absence de vision exige la mise en œuvre de procédés particuliers dans l’exécution des programmes scolaires.
Si l’enseignant qui voit utilise le dialogue du regard pour ceux qui voient; pour les aveugles, la relation vocale et la relation tactile sont utilisées. Ainsi, l’élève ou étudiant aveugle accède aux enseignements dans une classe ordinaire.

Le matériel de traduction pour l’élève/étudiant aveugle
Le travail de traduction (codage-décodage) du maître d’éducation spécialisée (MESP) consiste à utiliser l’ensemble tablette-poinçon (équivalent du cahier et du stylo à bille ou du crayon à papier) ou la machine Perkins (équivalent de la machine à dactylographier) ou encore l’Embosseuse (composée d’un ordinateur et d’une imprimante braille) pour coder l’écriture ordinaire en écriture braille ou à utiliser le stylo à bille pour traduire l’écriture braille en écriture ordinaire (décodage).
L’ensemble tablette-poinçon, la machine Perkins se manipulent manuellement tandis que l’Embosseuse traduit automatiquement le texte saisi à l’ordinateur en braille.
Avec l’Embosseuse, l’expertise du MESP consiste seulement à traduire l’écriture braille en écriture ordinaire après la composition de l’élève/étudiant aveugle, au moyen du stylo à bille ou du crayon à papier.

La garde des sujets des élèves/étudiants aveugles

La garde des sujets de compositions des élèves/étudiants est exclusivement réservées à l’administration scolaire ou universitaire; non aux maîtres d’éducation spécialisée ou aux éducateurs spécialisés.
Quelques minutes avant et après la distribution des sujets aux élèves/étudiants aveugles, ces sujets sont remis aux maîtres d’éducation spécialisée pour les transcriptions (codage-décodage).
Ils doivent remettre à l’administration aussi bien les copies brailles des élèves/étudiants que les versions traduites en écriture ordinaire.
On peut ainsi procéder à des vérifications en cas de besoin.

III. LA RÉMUNÉRATION DU MAÎTRE D’ÉDUCATION SPÉCIALISÉE ET DE L’ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ
Les maîtres d’éducation spécialisée et les éducateurs spécialisés sont rémunérés, selon qu’ils sont fonctionnaires, par l’Etat ou par la structure qui les recrutent de façon vacataire ou contractuelle.
En tant que fonctionnaire, les maîtres d’éducation spécialisée ne bénéficient pas en dehors de leur salaire, d’indemnité liée à leur emploi.
Quant aux éducateurs spécialisés, ils bénéficient d’une indemnité de garde qui est payées par an, quand ils font des gardes dans les institutions spécialisées.
Les maîtres d’éducation spécialisée et éducateurs spécialisés vacataires et contractuels, sont cependant régis par les textes de la structure qui les recrute .

IV. LES PRATIQUES HORS NORMES DE CERTAINS MAÎTRES D’ÉDUCATION SPÉCIALISÉE ET ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS ET QUELQUES SOLUTIONS.

Les pratiques hors normes de certains maîtres d’éducation spécialisée et éducateurs spécialisés

Certains maîtres d’éducation spécialisée et éducateurs spécialisés fonctionnaires, se font affecter dans des services en dehors de leur ministère d’origine, sans autorisations préalables des organisations des personnes aveugles.
Ils profitent de la méconnaissance de leur corporation pour exiger des primes qui ne reflètent pas le travail accompli.
Ils prétextent le temps nécessaire pour l’évaluation de l’élève/étudiant aveugle pour justifier le surcroît de travail à payer sous-forme de prime.
Ils revendiquent des compétences qu’ils n’ont pas auprès des parents des élèves/étudiants aveugles pour des cours à domicile à coût élevé.
Ils falsifient intentionnellement les résultats scolaires des élèves/étudiants aveugles.
Une fois la confiance établie entre leur employeur et eux, ils exigent d’être en possession des sujets pour les traduire avant la composition. Ils remettent discrètement avant la composition, les sujets aux élèves/étudiants qui les traitent ou qu’ils aident à traiter quand ils en ont les compétences. Quand ils n’ont pas accès aux sujets à l’avance, ils demandent aux élèves/étudiants d’écrire n’importe quoi sur leurs copies en écriture braille, puis leur font faire les devoirs en dehors des classes et remplacent ces devoirs par ceux qui ont été donnés en classe lors des traductions.
C’est ce qui explique en parti les bons résultats scolaires des élèves/étudiants depuis quelques années.

Quelques solutions pour un meilleur encadrement des élèves/étudiants aveugles

L’Association Nationale des Aveugles et Volontaires pour la Promotion des Aveugles (ANAVPACI joignable au 07/66/55/08 ou 01/10/21/40) et la Fédération des Aveugles et Mouvements Associés de Côte D’ivoire (FAMACI joignable au 08/11/02/41 ou 05/63/48/93 ) sont les organisations aptes à garantir l’écriture braille et des outils qui la produisent.
Ces organisations maintiennent l’équilibre du fonctionnement du système braille en Côte D’ivoire.
Ce sont elles qui donnent le quitus aux encadreurs des aveugles d’exercer en dehors des services du Ministère de l’Emploi et de la Protection Sociale.
Les écoles et universités ordinaires qui accueillent des aveugles, doivent exiger de fait, aux encadreurs des aveugles, ce quitus avant de les employer.
Ces écoles et universités, ont ainsi un interlocuteur fiable.
Les encadreurs d’aveugles, bénéficient par ce moyen, de séminaires de formation pour d’éventuelles mises à niveau.
CONCLUSION

En regard des dispositions susmentionnées, la scolarisation de l’aveugle ne coûte pas plus chère que la scolarisation de ceux qui voient.
Si les surcroîts de charges financières inventées par les encadreurs des aveugles les aident à améliorer leurs conditions sociales, elles constituent pour les aveugles, un frein à leur scolarisation encore trop faible (moins de 3% de la population scolaire nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright Anavpaci. Tous droits réservés.
Technologie web développer par ALTERNATE SYSTEM Michaël Lurkin). Anavpaci.com utilise le logiciel libre WP-Ultime.

L'interface de ce site est optimisé pour les ordinateurs pc/mac ainsi que pour tout les terminaux mobile.